Des milliers de baisers

(Jean-Jacques Goldman)

Des milliers de baisers, des milliers de milliers
Un à un de
mes lèvres, à tes lèvres déposés
Des millions de secondes, instantanés
de bonheur
Effacés, disparus en un battement de coeur

Des milliers de mots doux sur des pare-brises envolés
Numéros
composés sans jamais oser parler
Bouts d'aveux déchirés dans des
corbeilles à papier
Les défroisser, les recoller, lire et les garder


Des milliers de caresses au millimètre carré
Des milliers de cris de
souffles à nos bouches échappés
Pans de ciels effleurés, touchés,
sommeils emmêlés
Rayés comme si tout ça n'avait jamais été


Je voudrais tout ramasser dans des grands sacs poubelles
Les paroles
oubliées des plus banales aux plus belles
Qu'aucun ne se perde de ces
instants si précieux
Ces phrases ont été dites, ces moments ont eu lieu


Tout enregistrer, ajouter le son les odeurs
ADN, empreintes, mais que
jamais rien ne meure
Ces millions de films de nous, mais pas du
cinéma
Toutes les scènes perdues que l'on ne jouait pas


On ouvrirait tous les jours où nous serions moins forts
Tous ces
embryons d'amour, toutes ces aurores
Sincères, démasqués, fragiles et
vrais de candeur
Nous revoir ainsi nous rendrait peut-être meilleurs


Des milliers de baisers, des milliers de milliers
Un à un de nos
lèvres sur des peaux déposées
Des milliers de pensées de moments
d'éternité
De regards échangés dans des gares égarées
Des milliers
de baisers en un clin d'oeil oubliés

Thousands of kisses, thousands of thousands
One by one laid from my lips to your lips
Millions of seconds, instantaneous happiness
Erased, disapeared in a heartbeat

Thousands of vanished sweet words on windshields
Dialed numbers, never daring to speak
Torn pieces of confessions, in wastepaper baskets
Unrumpling them, sticking them back together, reading and keeping them

Thousands of caresses on a square mililmeter
Thousands of screams, of breaths, escaped from our mouths
A patch of sky, brushed, touched, entangled sleeps

Removed, as if all of this had never existed

I'd like to pick everything up in big trash bags
Forgotten speeches, from the most common to the most beautiful
That none of them get lost from those so precious moments
Those sentences were said, those events really took place

Recording everything, adding sound and smells
DNA, fingerprints, so that nothing could ever die
Those millions of movies about us, but not pretending

All those lost scenes which we didn't play

We would open everyday when we are weaker
All those embryos of love, all those dawns
Sincere, revealed, fragile and ingenuously true
To see each other like that could make us better people

Thousands of kisses, thousands of thousands
One by one laid from our lips to skins
Thousands of thoughts, of eternal moments
Shared glances in out-of-the-way train stations
Thousands of kisses forgotten in a blink of an eye



(Translation by www.celinedionweb.com / Correction by A.J. Babineaux)