J'irai où tu iras

(Jean-Jacques Goldman)

Chez moi les forêts se balancent
Et les toits grattent le ciel
Les eaux des torrents sont violence
Et les neiges sont éternelles
Chez moi les loups sont à nos portes
Et tous les enfants les comprennent
On entend les cris de New York
Et les bateaux sur la Seine

Va pour tes forêts tes loups tes gratte-ciel
Va pour tes torrents tes neiges éternelles
J'habite où tes yeux brillent où ton sang coule
Où des bras me serrent

J'irai où tu iras, mon pays sera toi
J'irai où tu iras qu'importe la place
Qu'importe l'endroit

Je veux des cocotiers des plages
Et des palmiers sous le vent
Le feu du soleil au visage
Et le bleu des océans
Je veux des chameaux des mirages
Et des déserts envoûtants
Des caravanes et des voyages comme sur les dépliants

Va pour tes cocotiers tes rivages
Va pour tes lagons tout bleu balançant
J'habite où l'amour est un village
Là où l'on m'attend

J'irai où tu iras, mon pays sera toi
J'irai où tu iras qu'importe la place
Qu'importe l'endroit

Prends tes clic et tes clac et tes rêves et ta vie
Tes mots, tes tabernacles et ta langue d'ici
L'escampette et la poudre et la fille de l'air
Montre-moi tes edens montre-moi tes enfers
Tes nord et puis tes sud et tes zestes d'ouest

Chez moi les forêts se balancent
Et les toits grattent le ciel
Les eaux des torrents sont violence
Et les neiges sont éternelles
Chez moi les loups sont à nos portes
Et tous les enfants les comprennent
On entend les cris de New York
Et les bateaux sur la Seine

Qu'importe j'irai où bon te semble
J'aime tes envies j'aime ta lumière
Tous les paysages te ressemblent
Quand tu les éclaires

J'irai où tu iras, mon pays sera toi
J'irai où tu iras qu'importe la place
Qu'importe l'endroit

In my world the forests balance
And the roofs scrape the sky
The torrent waters are violence
And the snows are perpetual
In my world the wolves are at our doors
And all the children understand them
We hear New York's shouts
And the boats on the Seine

Ok for your forests your wolves your sky-scrapers
Ok for your torrents your perpetual snows
I live where your eyes shine, where your blood runs
Where arms hold me tight

I'll go where you go, my country will be you
I'll go where you go whatever the place
Whatever the spot

I want coconut palms, beaches
And palms under the wind
The sun fire on my face
And the blue of oceans
I want camels, mirages
And charming deserts
Caravans and travels like on the brochures

Ok for your coconut palms your banks
Ok for your all blue lagoons balancing
I live where love is a village
Where someone's waiting for me

I'll go where you go, my country will be you
I'll go where you go whatever the place
Whatever the spot

Pack up your bag and baggage and your dreams and your life
Your words, your tabernacles and your tongue from here
The skedaddles and the wind daughter
Show me your edens show me your hells
Your north and then your south and your west's zests

In my world the forests balance
And the roofs scrape the sky
The torrent waters are violence
In my world the wolves are at our doors
Chez moi les loups sont à nos portes
And all the children understand them
On entend les cris de New York
We hear New York's shouts

Whatever I'll go where it pleases you
I love your desires I love your light
All the landscapes look like you
When you light them up

I'll go where you go, my country will be you
I'll go where you go whatever the place
Whatever the spot

(Translation by www.celinedionweb.com )

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *