Le piano fantôme

(François Cousineau / Luc Plamondon)

Elle jouait du piano tous les soirs à sept heures
Des valses de Chopin, des marches militaires
Des airs qui avaient fait un jour battre son coeur
Son répertoire datait d'la première guerre

On ne la voyait jamais, excepté le matin
Quand elle sortait chercher son journal et du pain
Elle habitait l'appartement au-dessus du mien
Mais elle ne saluait jamais ses voisins

L'hiver c'était comme un fantôme dans la maison
Mais quand revenait le temps de la belle saison
Elle ouvrait sa fenêtre comme on ouvre son coeur
Pour jouer du piano le soir à sept heures

Mais un beau soir d'été, où il faisait si chaud
Elle s'est arrêtée au milieu d'un tango
Elle n'avait pas été victime d'une saute d'humeur
Elle était morte d'un arrêt du coeur

Et comme elle n'avait pas laissé de testament
Un jour on a vendu ses affaires aux enchères
Je ne sais pas pourquoi moi qui n'en jouait guère
J'ai acheté pour moi le vieil instrument

J'en joue déjà pas mal, je sais déjà par coeur
Au moins vingt-cinq chansons de Lennon-McCartney
Et quand je serai vieille seule et abandonnée
Je me les jouerai tous les soirs à sept heures

Je me les jouerai tous les soirs à sept heures

She played the piano every evening at seven o'clock
Chopin waltzes, military marches
Tunes that once had made her heart beat
Her repertoire dated back to the first war

We never saw her, except in the morning
When she went out to fetch her newspaper and a piece of bread
She lived in the apartment above mine
But she never said hello to her neighbors

During winter, she was like a ghost in the house
But when the summer time came back
She opened her window as we open our heart
To play the piano in the evening at seven o'clock

But one beautiful summer evening, when it was so hot
She stopped in the middle of a tango
She was not a victim of mood swings
She died of a heart attack

And as she did not leave a will
One day they sold her things at auctions
I don't know why, me who did not play much of it
I bought for myself the old instrument

I already play quite a lot, I already know by heart
At least twenty-five songs of Lennon-McCartney
And when I'm old, alone and abandoned
I will play them every night at seven o'clock

I will play them every night at seven o'clock

(Translation by CelineDionWeb.com)