Lettre de George Sand à Alfred de Musset

(Erick Benzi / Georges Sand)

Venise, 12 mai 1834

Non, mon enfant chéri, ces trois lettres ne sont pas le dernier serrement de main de l'amante qui te quitte, c'est l'embrassement du frère qui te reste. Ce sentiment-là est trop beau, trop pur, et trop doux, pour que j'éprouve jamais le besoin d'en finir avec lui. Que mon souvenir n'empoisonne aucune des jouissances de ta vie, mais ne laisse pas ces jouissances détruire et mépriser mon souvenir. Sois heureux, sois aimé. Comment ne le serais-tu pas ? Mais garde-moi dans un petit coin secret de ton coeur, et descends-y dans tes jours de tristesse pour y trouver une consolation, ou un encouragement.

Aime donc, mon Alfred, aime pour tout de bon
Aime une femme jeune, belle, et qui n'ait pas encore aimé
Ménage-la, et ne la fais pas souffrir
Le coeur d'une femme est une chose si délicate
Quand ce n'est pas un glaçon ou une pierre !
Je crois qu'il n'y a guère de milieu
Et il n'y en a pas non plus
Dans ta manière d'aimer
Ton âme est faite pour aimer ardemment
Ou pour se dessécher tout à fait
(Paroles sur CelineDionWeb.com)
Tu l'as dit cent fois, et tu as eu beau t'en dédire
Rien, rien n'a effacé cette sentence-là
Il n'y a au monde que l'amour
Qui soit quelque chose.

Peut-être m'as-tu aimée avec peine
Pour aimer une autre avec abandon
Peut-être celle qui viendra t'aimera-t-elle moins que moi
Et peut-être sera-t-elle plus heureuse
Et plus aimée

Peut-être ton dernier amour sera-t-il le plus romanesque et le plus jeune
Mais ton coeur, mais ton bon coeur, ne le tue pas, je t'en prie
Qu'il se mette tout entier
Dans toutes les amours de ta vie
Afin qu'un jour tu puisses regarder en arrière
Et dire comme moi, j'ai souffert souvent
Je me suis trompé quelquefois
Mais j'ai aimé

Venice, May 12, 1834

No, my darling, these three letters are not the last handshake of the lover who leaves you, it's the embrace of the brother who remains. This feeling is too beautiful, too pure, and too sweet, so that I could never feel the need to do away with it. Let the memory of me not poison any pleasures of your life, but don't let those pleasures destroy and despise the memory of me. Be happy, be loved. How would you not be? But keep me in a corner of your heart, and go there in your days of sorrow to find consolation, or encouragement.

Love, my Alfred, love for good
Love a young, beautiful woman, and who has not loved yet
Spare her, and don't make her suffer
A woman's heart is a thing so delicate
When it's not an ice cube or a stone!
I believe that there is little in-between
And it's the same
With your way of loving
Your soul is made to love ardently
Or to dry completely
(Translation by CelineDionWeb.com)
You've said it a hundred times, and no matter how hard you recanted it
Nothing, nothing has deleted that sentence
There is in the world only love
That is something

Maybe you loved me with pain
To love another with abandon
Maybe the one who will come will love you less than me
And maybe she will be happier
And more loved

Maybe your last love will be the most romantic and the youngest
But your heart, but your good heart, don't kill it, I beg you
Let it spread
In all the loves of your life
So that one day you may look back
And say like me, I often suffered
I was wrong sometimes
But I loved

(Translation by CelineDionWeb.com)