Témoignage (2/2)


Voici maintenant l'histoire de Bruno, camionneur pour la tournée Let's Talk About Love...


"J'ai tout fait pour devenir camionneur en passant par la livraison de pizza, conducteur de benne à ordures, chauffeur de taxi, bus-scolaire, benne basculante, camion-porteur citerne. Et, après avoir acquis l'expérience requise, je fais la connaissance d'un gestionnaire dans le monde du transport, et celui-ci se spécialise dans le domaine du spectacle!
Bref, après deux ans d'hésitation (le fait de travailler sur les tournées implique un rythme de vie très spécial dont l'une des pires contraintes de cette spécialité est que, si la tournée dure quatre mois, automatiquement, en tant que camionneur, tu seras 4 mois parti!), à compter du printemps 1998, je suis décidé! J'entre donc enfin à plein temps chez mon nouvel employeur pour la vie de tournée!"
- Bruno

L'annonce!

"Printemps 1999, j'arrive au bureau, un vendredi soir, et le patron me dit:
"Es-tu disponible pour avril, mai, et juin prochain, Bruno?
- Euh! Oui, bien sûr, pourquoi?
- Tu pars avec Céline sur le tour Let's talk about love!"
Sans exagération, j'avais les jambes molles à ce moment. Cette fois, c'est vrai, il ne s'agit pas de "peut-être que"."

Jeudi 25 Mars 1999, en route!

"Finalement, nous y sommes. C'est aujourd'hui: mon camion est prêt, comme celui de mes douze collègues de tournée, car sur un tour comme Let's talk about love, nous sommes 13 semi-remorques de 53 pieds, pleines à ras bord.
Donc, après un court 'briefing' pour nous rappeler les règles et les conventions de confidentialité pour une telle tournée et l'habituel plan de conduite, je prends la route pour Minneapolis au Minnesota USA, pour le premier show du tour nord-américain du printemps 1999, avec à bord 50% de l'audio pour le show (l'audio est réparti dans deux semi-remorques). Je suis parti pour onze semaines de tournée! Saviez-vous que l'équipement qui sert à produire le show vaut au delà de 20 millions de dollars?
Ma responsabilité est grande; je dois faire tous les parcours sans accident, et de facon ultra-ponctuelle, car il y a des milliers de fans qui nous attendent avec impatience. Toujours en gardant en tête ces priorités, je file vers mon premier show sur les autoroutes américaines à 115 km/h... Avec une angoisse grandissante, en temps que nouvelle recrue, de savoir comment se passera le déchargement et le chargement de ma cargaison après le show. La première fois, c'est stressant, car décharger prends au maximum 7 minutes, et le chargement s'effectue en moins de 10 minutes! De là l'angoisse quand tu n'es pas habitué.

Il faut placer l'équipement dans la bonne position afin que tout soit solide et dans le bon ordre.
Passer la douane à Windsor (Ontario) prends un petit peu de temps à cause d'une pagaille dans les papiers mais je peux enfin prendre un peu de repos. Je dors pour la nuit, arrêté à la frontière de l'Idiana, à 1100 kilomètres de Montréal. Huit heures plus tard, je reviens sur la route par un jour ensoleillé. Je suis donc rendu à environ 5 heures de ma destination. Trois de mes collègues et moi nous arrêtons déjeuner dans une banlieue de Chicago. Tout roule pour le mieux selon les horaires et, au moment ou nous partons, le patron appelle sur mon portable pour savoir où nous sommes. "Ne vous inquiétez pas, patron, tout va bien"... Mais, juste à l'entrée de Chicago, un carambolage survient quelques secondes plus tard et devinez quoi?? Quatre de mes collègues sont impliqués dans cette collision, imputant de lourds dommages à leur cargaison, et provoquant la perte totale de deux tracteurs. Dieu merci, cependant, aucun n'a été blessé. Cette tournée commence mal! Heureusement la machine de la production CDA & Feeling s'est mise en branle, et a pu -croyez-le ou non- livré le spectacle à temps quand même, mais non sans courir à droite et à gauche, pour aller chercher les équipements manquants dû à l'accident."

Vers 17:00, première rencontre au Target Center de Minneapolis Mn.

Donc, j'arrive au Target Center de Minneapolis pour le premier show, vers 17 heures comme prévu. Je suis stationné sur un viaduc du centre-ville à proximité de l'amphithéatre, et j'entre pour la première fois à l'intérieur. Avez-vous déjà été au centre d'une salle qui contient plus de 30 000 sièges vides? Je vous jure que cela est spécial à voir vu du centre!
Je me rends à la salle à manger pour mon premier souper avec l'équipe de production, presque exclusivement Montréalaise francophone comme moi. Je m'assieds avec mes collègues camionneurs, et discute (discrètement) du carambolage survenu plus tôt dans la journée, non sans chercher du coin de l'oeil la diva dans la salle, mais je ne la voie pas. Je me dis alors, que ce que mes copains m'avait dit ("Tu vas voir, Bruno, elle mange avec nous, tous les soirs") était des blagues. Tout à coup, je vois au fond de la salle un véritable "monstre noir" qui n'a pas l'air très sympathique; il s'agit de Monsieur Éric Burrows, le garde du corps de la diva.

Je me dis alors, que si lui est là, logiquement, elle doit y être aussi! Je scrûte donc la salle de façon plus précise, mais discrètement, car nous y sommes plus de 80 et, en regardant à la table voisine, soit à environ 1.5m -surprise- ELLE est là, avec son frère Michel, sa soeur Manon, et ses choristes en train de manger. J'ai ressenti un frisson en réalisant ce que je vivais à ce moment précis. Elle me regarde, et me dit:
"Tiens, un nouveau trucker!
- Euh! oui, répondis-je, je me présente: Bruno Racette, en bafouillant.
- Enchantée, moi c'est Céline, et je te souhaite une bonne tournée, bienvenue dans l'équipe!"
Je dois avouer que cette première rencontre avec Céline m'avait coupé le sifflet, et tout le reste du repas, mes copains me causaient, mais je ne les écoutais pas du tout, le temps de réaliser que la chanteuse la plus populaire au monde était en train de manger à la table voisine."

Préparatifs

"Vers 17:30, c'est un autre grand moment dans ma tête: Céline et ses musiciens montent sur scène pour faire des "sound check" (test de son). De la voir sur scène en "jogging suit" et espadrilles, sans effets de lumières, ni aucun artifice, me fait réaliser à quel point cette voix splendide qui sort de ce p'tit bout de femme est unique et puissante. Car vous savez Céline, sans ses talons hauts, n'est pas très grande, physiquement bien-sûr! De l'entendre a cappella chanter "When I need you" me fait frémir. Et tout à coup, je réalise l'immense privilège dont je bénéficie à ce moment précis. J'avais l'impression d'assister à un spectacle privé pour moi seul dans les gradins d'une capacité de 18.000 sièges si immensément vides..."

"Vers 19:50, depuis déjà une vingtaine de minutes, le personnificateur hyper-sympathique André-Philippe Gagnon est sur scène. Il chauffe à bloc les fans de la diva durant 45 minutes.
Maintenant revenons au Target: comme il s'agit de ma première présence dans l'équipe de Céline, j'ai aussi hâte que les 18,000 autres fans présents dans la salle, avec un privilège "spécial" : aller voir Céline entrer dans, comme elle l'appelle, sa niche, une caisse de tournée, portant le numéro fétiche de Céline, soit le 555 (car pour Céline et son mari le chiffre 5 est porte-bonheur). J'ai donc assisté au rituel d'avant tous les spectacles de l'équipe, qui se termine toujours par le contact du pouce de Céline et de Mégo (Claude Lemay) son chef d'orchestre. Tout est en place on roule le road-case sous la scène en forme de coeur, quelques secondes encore et..."

20:25, Let's talk about love

"Pile à l'heure, le Target Center tombe dans l'obscurité la plus totale, et doucement l'éclairage revient avec pour but de nous montrer le centre de la scène. D'où apparaît, Céline dans toute sa splendeur. Les musiciens entonnent la chanson thème de la tournée Let's talk about love, et sont salués un à un par Céline de son salut style militaire, alors que le plancher sous eux, et leurs instruments s'élèvent au niveau de la scène.

Et voilà! La bête de scène est en place pour une prestation de près de deux heures sans entracte. Le choeur local (embauché dans toutes les villes) monte sur scène pour aller entourer leur idole et chanter avec elle le refrain, un spectacle ravissant. Imaginez les images que ces enfants ont de leur rencontre avec Céline! De plus, ils ont pu discuter avec elle l'après-midi en coulisses. Je parie que leur sommeil a dû être difficile après toutes ces émotions."

22:50, on range!

"La chanson du rappel vient de se terminer. Je transpire à grosses gouttes, je suis stationné à la rampe de chargement, et j'attends ma cargaison pour la première fois!
Je tente de me souvenir de quelle façon c'était placé ce matin, mais je ne suis pas certain du tout. À partir du moment où Céline accroche son micro, il s'écoule à peine 6 minutes avant que mes hauts-parleurs arrivent en trombe, poussés à toute vitesse par les techniciens locaux. Il n'arrivent pas un à un, mais tous en même temps, vous voyez le stress! Dans une équipe de production de cet envergure, chaque minute coûte un prix astronomique aux producteurs. Donc, je suis conscient que si je retarde la "machine", je vais me le faire dire très rapidement. Les voilà! Bon, celle-ci comme-ça, l'autre ici, il me semble... (pas de panique surtout). Je positionne 4 rangées de colonnes de sons, les attache avec les sangles avant de réaliser:

"Malheur! Je me suis gourré dans le premier rang".
Je grimpe sur la cargaison, et corrige mon erreur le plus vite possible, non sans difficulté, mais j'y arrive. Finalement, j'installe la dernière sangle, et je referme mes portes, installe le cadenas, et saute dans ma cabine, sort de la rampe pour laisser la place à mon collègue; et seulement à ce moment-ci, je peux prendre mon souffle un peu! Ouf! Croyez le ou non, tout ceci s'est passé en moins de 10 minutes, ce qui est très long aux yeux du producteur?! Aucune aide n'est disponible, car toute l'équipe court comme des dingues à ce moment, je l'ai appris assez rapidement, je vous le jure.

23:15, en route pour le Bradley Center de Milwaukee Wisconsin... 600 kilomètres me séparent de ma destination, et je dois y être pour 6:30 demain matin car, cette fois, nous avons rendez-vous avec 18,500 fans."



3.702.867 visiteurs uniques depuis 2001
18 visiteurs actuellement sur le site
Record du jour : 36 visiteurs à 13:49