S'il suffisait d'aimer

L'album est sorti le 3 octobre 1998. Il a été enregistré en mars 1998, au Studio Méga à
Paris, en France. C'est un album tout en français réalisé par Jean-Jacques Goldman.

A Jean-Jacques : sache que je n'ai jamais eu ni craintes ni doutes... ton coeur et tes musiques prolongent, encore une fois, notre déjà si belle aventure.

Céline

Je crois toi

C'est une chanson très douce qui parle de confiance en l'autre. La voix tendre et nuancée est pleine d'émotion et de sincérité.

Zora sourit

"Pour moi, raconte Céline, Zora ne représente pas seulement l'Algérie; pour moi, elle représente toutes ces femmes de tous ces pays qui n'ont pas la chance justement d'être libres et heureuses." Les paroles mettent en lumière l'exemple d'une femme qui se bat pour elle et pour les autres, qui résiste aux affronts, qui garde sa dignité malgré les difficultés. De sa voix soutenue et franche, Céline exprime tous ces sentiments, ceux de la révolte mais aussi ceux de l'espoir.

On ne change pas

La voix est tendre, pleine d'indulgence avec un brin de nostalgie. "Moi, se confie Céline, je pense que les gens ne changent pas vraiment, et quand Jean-Jacques m'a présenté cette chanson-là, ça m'a fait beaucoup frissonner, parce qu'effectivement, chaque jour, quand je fais ces voyages, quand je me retrouve sur scène, quand je me maquille, quand je met les talons hauts, quand je me présente devant les caméras, c'est sûr qu'il y a toujours cette "petite fille maigre" qui vient de Charlemagne, qui est timide mais qui est emballée par ses grands rêves qu'elle a dans sa tête et dans son coeur, qui veut parcourir le monde mais qui est maigrichonne et même toute toute fragile... Elle est là tout le temps." "Notre enfance, c'est quelquechose plein d'émotions et des fois c'est difficile, mais de chanter ça, je trouve ça formidable!"

Je chanterai

Cette chanson est très proche de Céline. En effet, l'amour et le chant sont deux éléments indispensables pour Céline et qui la caractérisent. "La seule éducation que j'ai eu, avoue Céline, c'est l'amour et la musique." Ainsi, quand bien même il ne lui resterait plus rien, Céline aimera et chantera toujours jusqu'à la fin de sa vie.

Terre

Voilà un titre très rythmé avec un son de guitare acoustique. Céline interprète ce texte d'Erick Benzi qui joue avec le mot 'Terre', avec puissance et elle a même une certaine dureté dans la voix.

En attendant ses pas

On aborde la douceur et le romantisme avec cette ballade où une jeune femme, en proie aux doutes, espère son prince charmant. La musique est féerique et la voix de Céline l'accompagne tendrement.

Papillon

"Merci, écrit Céline dans la pochette du disque, à Erick Benzi pour m'avoir fait partager ce grand moment d'émotion qu'a été Papillon". Sur un rythme lent, Erick compare ici les papillons aux amoureuses, et la voix de Céline s'élève au moment du refrain tel un papillon qui s'envole.

L'abandon

L'ambiance est exotique, aux parfums des îles et de l'amour facile. La musique ryhtmée et langoureuse invite à la danse, mais tout en douceur, et l'interprétation modulée de Céline donne une tonalité sensuelle à la chanson.

Dans un autre monde

Avec ce titre, on entre dans l'univers de l'action, de l'envie de changer, de la volonté de découvrir le monde. On retrouve une Céline battante et pleine de force et d'énergie. La guitare est moins présente pour laisser plus de place au clavier et aux percussions qui dynamisent le morceau.

Sur le même bateau

"Je ne sais faire qu'écrire des chansons, je pense, raconte Jean-Jacques Goldman, le 5 décembre 2001 dans le journal Le Soir (Belgique). J'ai essayé d'écrire une comédie musicale. L'album Rouge a été un début puis finalement j'en ai fait un album. Puis j'avais commencé à en écrire une que j'ai bien fait de ne pas sortir car juste après, le film Titanic est arrivé. Ce qu'il en reste se trouve sur le deuxième Céline Dion, ça s'appelle Sur le même bateau. Je ne voulais pas reprendre une grande histoire comme Les dix commandements ou Notre-Dame mais en écrire une, un scénario. Et je me suis rendu compte à quel point j'étais incapable d'écrire une histoire avec des rebondissements. Ça me passionne moins de composer des musiques sur des textes que je n'ai pas écrits." Le texte insiste surtout sur le sort commun et pareillement tragique, vécu par l'ensemble des passagers qu'ils soient riches ou pauvres.

Tous les blues sont écrits pour toi

Une chanson très intéressante qui mèle anglais et français. C'est du blues où la guitare pleure et où une femme réalise la fatalité de sa vie.

S'il suffisait d'aimer

Cette chanson apporte une touche sobre et belle qui résume parfaitement Céline. La musique et la voix sont douces et apaisantes. "Quand Jean-Jacques a chanté devant nous 'S'il suffisait d'aimer', raconte Céline, René et moi, on a pleuré comme des bébés." "S'il y avait un titre à choisir sur cet album, révèle Céline, ce serait sans hésiter, 'S'il suffisait d'aimer'... parce que pour moi, c'est comme 'Quand on n'a que l'amour' de Brel, c'est fort." "Des fois, continue Céline, la technique est parfaite et l'émotion n'est pas là, donc ça, ce n'est pas bien, mais si on arrive à coordonner les deux en même temps, ce qui est pour moi en tous cas, rare, et je pense que j'y suis presque arrivée dans 'S'il suffisait d'aimer'."

Depuis l'enregistrement de D'eux, Céline Dion et Jean-Jacques Goldman se revoient
souvent. Goldman participe de près à tous les succès français de Céline. Avec elle, il
monte plusieurs fois sur scène.

Ainsi, tout naturellement, envisagent-ils un second album en français ensemble.

"Jean-Jacques m'a présenté des chansons, révèle Céline, et évidemment ça a été le coup de foudre, j'étais
excitée de retravailler avec Jean-Jacques Goldman à nouveau."

"Les chansons de Jean-Jacques m'ont séduites parce que j'ai lu, en découvrant ses
textes, ce que je ressentais... C'est en parfaite correspondance avec ma personnalité et
mes émotions."

"J'avais vraiment très envie, raconte Jean-Jacques Goldman, de répéter l'expérience. Pour
moi, c'est d'abord et avant tout un plaisir. Céline et moi, nous nous sommes reconnus dès les
premiers instants. Nous sommes du même quartier, nous habitons le même monde..."
Puis, une fois l'enregistrement terminé, Céline quitte les studios parisiens où douze
nouvelles chansons se sont modelées au son de sa voix...

"Il est bien avancé, explique Jean-Jacques Goldman en parlant de l'album. Nous avons travaillé fin novembre sur
des maquettes. Puis, en mars, elle est venue quinze jours en studio près de Paris. En
général, elle chantait tous les soirs, de 21h à 1h du matin. Nous avons fait deux ou trois
chansons par soir. Avec elle, c'est formidable : ça va très vite. Deux des chansons sont
d'Erick Benzi, les autres de moi. Contrairement au premier album nous ne ferons pas de duo."

"Cette fois, on s'est permis d'aller plus loin dans certaines choses. On a demandé la participation de choristes
classiques. Un orchestre philharmonique s'ajoutera à la formation de base. On ne peut comparer
cet album à D'eux : pour moi, ce n'est pas un deuxième album, ce sera toujours le
premier."

Il ne reste donc plus qu'à trouver un titre...

"Au départ, se rappelle Jean-Jacques Goldman, on a eu l'idée de l'appeler Piano ou MD et puis finalement un jour
quelqu'un a lancé S'il suffisait d'aimer, alors on s'est dit évidemment."

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *