All the way... A decade of song and video

Cette anthologie contient des vidéoclips et des versions en spectacle des plus grands succès de Céline Dion, avec sept nouvelles chansons. Elle comprend les titres My heart will go on, Because you loved me, Beauty and the beast (duo avec Peabo Bryson), I'm your angel (duo avec R. Kelly)... Parmi les nouveaux titres se trouvent une nouvelle version de The first time ever I saw your face, le classique de Roberta Flack, If walls could talk, un morceau de Mutt Lange avec Shania Twain qui fait les choeurs, Then you look at me, la chanson-thème du film 'L'homme bicentenaire' de Chris Columbus, qui réunit à nouveau James Horner et Céline... Le DVD comprend un vidéoclip supplémentaire en bonus et d'autres petites surprises.

The power of love

Premier extrait de l'album The Colour Of My Love de Céline, la version originale est chantée en 1984 par Jennifer Rush qui a co-écrit la chanson.

If you asked me to

La version originale est chantée par Pattie Labelle, tirée du film de James Bond, Permis de tuer.

To love you more

"Lorsque j'ai fait une tournée au Japon, raconte Céline, j'ai rencontré un jeune violoniste incroyable: il s'appelle Taro Hakase, et nous avons enregistré cette chanson ensemble." A noter, To love you more était la chanson thème d'une série dramatique japonaise très populaire.

My heart will go on

(Chanson-thème de "Titanic") "En avril (1997), se souvient Céline, le compositeur James Horner est venu à Las Vegas proposer à René un projet : 'J'écris la musique d'un film sur le Titanic'. Nous nous sommes retrouvés tous les trois dans une suite du Caesar's Palace. Horner s'est mis au piano pour nous jouer My Heart Will Go On. Je faisais dans son dos de grands signes à René, des moues, des gros yeux, pour qu'il comprenne que je ne voulais pas de cette chanson : je n'ai vraiment pas envie de la faire. Premièrement, je n'aime pas la chanson, il ne sait pas chanter, ce n'est pas super bien au piano en ce moment, j'ai quand même fait plusieurs chansons de films, encore une? On a envie de s'arrêter bientôt, encore un autre projet? D'autant plus que le réalisateur James Cameron ne voulait pas de chanson dans son film. Nous n'étions pas au milieu de la chanson que René faisait déjà semblant de ne pas me comprendre. Quand Horner s'est tourné vers nous, il lui a dit : 'Dans un mois, nous serons à New York, au Hit Factory, où Céline enregistre son prochain album Let's Talk About Love. Si tu nous donnes une piste d'orchestre, elle pourrait faire une maquette que tu ferais entendre à Cameron. Ca serait, je pense, la meilleure façon de le convaincre.' " "Un mois plus tard, James Horner était au Hit Factory de New York avec sa piste d'orchestre. Il m'a prise à part et m'a raconté avec beaucoup de détails l'histoire du film. Je commence à me mettre dans l'ambiance du film... On me dit qu'il y a une scène avec un couple de gens agés qui sont enlacés, qui voient l'eau rentrer sous la porte et qui décident de se mettre au lit, et qui vont mourir ensemble... Et il y a aussi une maman avec ses enfants qui leur chante des berceuses, elle sait qu'ils vont tous mourir... Et là je met des images. Et cette journée-là, je ne suis pas en pleine forme vocale et normalement je ne prend pas de caféine quand je chante, mais là c'est une maquette 'pas grave' alors je prends un café noir avec deux sucres... Alors je me met à chanter, il y avait là les grands patrons de Sony, Tommy Mottola, John Doelp, Vito Luprano... Tout le monde a su, dès la première prise, qu'on tenait un gros succès." "Mais la maquette, le café et les deux sucres ont fait que ça a été l'original, je n'ai jamais rechanté la chanson : la maquette, c'est le disque. Ils ont bâti l'orchestration autour de ma voix... Je n'ai jamais rechanté, que même le trémolo est plus rapide sur la chanson que sur scène, que normal, à cause de la caféine."

If walls could talk

Il s'agit de la première collaboration de Céline avec l'auteur/producteur Robert John "Mutt" Lang, mieux connu avec ses succès pour Shania Twain.

The first time ever I saw your face

"Quand j'ai chanté cette chanson l'an dernier, se rappelle Céline en 1999, elle a tellement plu que je l'ai reprise sur mon nouvel album (All The Way... A Decade Of Song). J'aime particulièrement la chanter parce que les paroles sont belles, mais surtout, parce qu'une chanteuse fabuleuse l'a chantée la première... Je souhaite la lui dédier: Roberta Flack." La version originale est chantée par Peter, Paul et Mary en 1965. C'est Roberta Flack qui a popularisé la chanson en 1972.

All the way

(Duo virtuel avec Frank Sinatra) "Toutes les chansons de cet album me sont chères, révèle Céline, mais peut-être une chanson a une place spéciale dans mon coeur. Vous devez déjà savoir que René et moi avons notre chanson spéciale... comme la plupart des couples en ont. La nôtre est All The Way, rendue célèbre par M. Frank Sinatra. Vous pouvez imaginer quel grand honneur et quelle émotion c'était pour moi de pouvoir enregistrer cette chanson avec la voix renversante de M. Sinatra. Ce qu'il a donné à la musique sera toujours éternel...et je me sens privilégiée de pouvoir lui rendre hommage de ma propre petite façon. All The Way résume la façon dont mon mari et moi ressentons chacun pour l'autre, et d'un autre côté, elle décrit le sentiment que j'ai quand je pense à tout l'amour et le soutien que j'ai reçu de beaucoup d'admirateurs qui ont rendu tout cet incroyable voyage possible." La version originale est chantée par Frank Sinatra, tirée du film 'The Joker Is Wild', et gagne l'Oscar de la meilleure chanson en 1958.

Live

(For the one I love) Il s'agit d'une adaptation anglaise de Vivre, version française d'abord interprétée par Noa, puis par Hélène Séguara pour la comédie musicale Notre-Dame De Paris. "Quand Céline est venue voir 'Notre-Dame de Paris' l'an dernier au Palais des Congrès (Paris, décembre 1998), raconte Luc Plamondon, elle m'a demandé de m'asseoir à côté d'elle... - Franchement, continue Céline, j'étais tellement touchée par 'Notre-Dame de Paris'. J'ai beaucoup pleuré ce soir-là... Je cherchais des mouchoirs, c'était très émouvant et quand j'ai entendu Vivre, dans le creux de l'oreille, Luc me dit "C'est à toi qu'on a pensé en l'écrivant", là, je cherchais deux fois plus de mouchoirs... et ça n'a pas été dur pour Luc de me convaincre de la faire en version anglaise..."