Live à Paris Video

Enregistré en direct du Théâtre Zenith à Paris en 1995, cette vidéo vous permet de voir et d'entendre Céline en spectacle. Ce concert comprend surtout des chansons en français, avec quelques unes en anglais. Cette vidéo commence avec Céline dans les coulisses en train de se préparer pour le spectacle, et termine avec une finale spectaculaire.

J'attendais

Les souvenirs d'émotions passées rencontrent les émotions nouvelles, qui brisent la tranquilité de la vie, comme le passage de l'enfance paisible à la vie d'adulte plus mouvementée. Céline attendait quelqu'un (René) qui lui donne la chance de réaliser son rêve de chanteuse.

The power of love

Premier extrait de l'album The Colour Of My Love de Céline, la version originale est chantée en 1984 par Jennifer Rush qui a co-écrit la chanson.

L'amour existe encore

Céline a repris cette chanson qui parle du sida, en version espagnole, Aún existe amor, sur son album A New Day Has Come.

Regarde-moi

Le rythme s'accentue chaque seconde et la femme refuse la lassitude d'un homme face à elle.

Calling you

"Vous savez, révèle Céline lors de son spectacle à l'Olympia, ça arrive de temps en temps de tomber en amour avec une chanson qu'on entend la première fois à la radio. Et c'est ce qui m'est arrivé d'ailleurs avec la prochaine chanson (Calling You). Je l'ai entendue et je suis tombée amoureuse." La chanson a d'abord été enregistrée et chantée par Bob Telson, qui a écrit la chanson, ainsi que par Jevetta Steele, ces deux versions se retrouvant sur la bande originale du film Bagdad Café de 1988.

Le blues du businessman

La version originale est chantée par Claude Dubois à l'opéra rock Starmania. Le 31 décembre 1999, Céline Dion & Bruno Pelletier chantent ensemble Le blues du businessman pendant le concert La Dernière de Céline, au Centre Molson de Montréal, Québec.

Les derniers seront les premiers

Au premier abord, ce texte paraît triste... et pourtant il est optimiste; il dit que, quelque soit la misère dans laquelle on est, un jour cela s'inversera. Céline aime beaucoup cette chanson; on sait que Céline se préoccupe de ceux qui sont dans le besoin, elle leur passe ce message d'espoir.

J'irai où tu iras

(Duo avec Jean-Jacques Goldman) C'est une chanson rythmée avec des envolées qui révèlent bien l'énergie de Céline.

Je sais pas

Dans cette chanson, on parle d'une femme qui n'envisage pas la vie sans son homme; on y voit l'amour inconditionnel que porte Céline à René. D'ailleurs, on se rappelle au concert du Stade de France en 1999, Céline avait les larmes aux yeux en chantant la chanson, alors qu'on venait d'apprendre que René avait un cancer.

Le ballet

Dès les premières notes, les premiers mots de la chanson, les nappes fluides des synthés, montent progressivement tandis que la voix de Céline traduit l'émotion du texte. "Avec Le Ballet, avoue Céline, c'est la première fois que je chantais du Blues." Pour Céline, c'est un peu une métaphore de sa rencontre avec son public.

Prière païenne

Ici, on évoque les croyances intimes aux choses de la vie. Le paroles sont fortes, Céline s'adresse au ciel.

Pour que tu m'aimes encore

C'est la chanson préférée de Céline dans l'album D'Eux. Jean-Jacques Goldman lui compose fin 1994. "Pour que tu m'aimes encore, raconte Céline, la première chanson entendue, la première enregistrée, m'a tout de suite fait penser à L'hymne à l'amour que chantait Edith Piaf. Même thème, même structure, même femme dévorée d'amour. C'est un hymne à l'amour fou, possédé, possessif, définitif, comme le mien... Nous savions en l'enregistrant qu'elle ferait désormais partie de ma vie."

Quand on n'a que l'amour

Il existe deux versions live de Céline de cette chanson, une sur Céline Dion À L'Olympia et l'autre sur Live à Paris. En 1995, Céline la chante en duo avec Maurane et la dédie aux victimes des terribles inondations qui sont survenues dans la région du Saguenay au Québec, province natale de Céline. La version originale est chantée par le grand chanteur belge Jacques Brel qui a écrit la chanson en 1957.

Vole

L'accompagnement est sobre et atténué. La voix de Céline est ample, profonde; sa voix est lyrique variant douceur et force, tristesse et colère. "Le lendemain de ma dernière à l'Olympia (septembre 1994), raconte Céline, Jean-Jacques Goldman m'a fait parvenir la maquette d'une chanson intitulée Vole... Vole est un peu la suite de Mélanie qu'Eddy Marnay m'avait écrite quelques années plus tôt; une chanson que j'adressais à la petite Karine, décédée le printemps précédent." "Je pense que chanter cette chanson dans mon répertoire, explique Céline, indique aux gens aussi que, un jour ou l'autre, on perd les gens qu'on aime -nous aussi- on a l'air de s'inventer des personnages à chaque fois qu'on est à la télé, mais dans la vraie vie, et ça nous touche, et ça nous fait mal, alors de la chanter, ça nous aide beaucoup, et on se dit en la chantant : 'peut-être que quelqu'un qui est dans la salle perd quelqu'un en ce moment et ça va peut-être l'aider à passer à travers ces moments difficiles' parce que, moi, ça m'a beaucoup aidée."