Les enfants oubliés

Les enfants oubliés traînent dans les rues
Sans but et au hasard
Ils ont froid, ils ont faim, ils sont presque nus

Et leurs yeux sont remplis de brouillard
Comme une volée de pauvres moineaux
Ils ont pour rêver le bord des ruisseaux
Recroquevillés sous le vent d'hiver
Dans leurs pulls-over de laine mitée
Les enfants oubliés n'ont pour seuls parents
Que les bruits des grands boul'vards
Dans le creux de leurs mains
Ils tendent aux passants
Des objets dérobés aux bazars
Il ont pour s'aimer d'un naïf amour
La fragilité des mots de velours
Ils ont pour palais tout un univers
Dans les courants d'air des vastes cités
(Paroles sur CelineDionWeb.com)
Les enfants oubliés traînent dans les rues
Tout comme des petits vieux
Ils ont froid, ils ont faim, ils sont presque nus
Mais ce sont les enfants du bon Dieu

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *