Au coeur du stade

Enregistré au Stade de France lors des concerts de Céline des 19 et 20 juin 1999, devant quatre-vingt-dix mille personnes, ce disque, mis en vente le 26 août 1999, constitue la partie audio d'un des plus grands spectacles de Céline.
"J'y ai donné, je crois, dit Céline, le plus beau show de toute ma carrière. L'ambiance était aussi chaleureuse et intime que dans une toute petite salle."
L'ensemble du spectacle n'est pas sur ce disque : il comporte une majorité de chansons en français et deux en anglais. Il réserve tout de même de belles surprises comme celle d'entendre Céline chanter avec sa voix actuelle des extraits de vieux succès tels Ce n'était qu'un rêve, D'amour ou d'amitié et Mon ami m'a quittée. C'est le dernier enregistrement en concert avant sa pause de deux ans.

Let's talk about love

La musique de cette chanson a été écrite dans les années 1980 par Jean-Jacques Goldman, fidèle collaborateur et ami de Céline, pour un texte qui s'intitulait Puisque tu pars. Les techniques de production "à la Beatles" (avec des cordes et des choeurs d'enfants) donne à ce titre un air magique. L'auteur des paroles anglaises n'est autre que Bryan Adams. Il s'agit d'une ode à l'amour, dont le texte vaut le coup d'oeil, qui affirme que si les hommes sont tous différents, ils possèdent toutefois en commun le besoin d'aimer.

Dans un autre monde

Avec ce titre, on entre dans l'univers de l'action, de l'envie de changer, de la volonté de découvrir le monde. On retrouve une Céline battante et pleine de force et d'énergie. La guitare est moins présente pour laisser plus de place au clavier et aux percussions qui dynamisent le morceau.

Je sais pas

Dans cette chanson, on parle d'une femme qui n'envisage pas la vie sans son homme; on y voit l'amour inconditionnel que porte Céline à René. D'ailleurs, on se rappelle au concert du Stade de France en 1999, Céline avait les larmes aux yeux en chantant la chanson, alors qu'on venait d'apprendre que René avait un cancer.

Je crois toi

C'est une chanson très douce qui parle de confiance en l'autre. La voix tendre et nuancée est pleine d'émotion et de sincérité.

Terre

Voilà un titre très rythmé avec un son de guitare acoustique. Céline interprète ce texte d'Erick Benzi qui joue avec le mot 'Terre', avec puissance et elle a même une certaine dureté dans la voix.

J'irai où tu iras

(Duo avec Jean-Jacques Goldman) C'est une chanson rythmée avec des envolées qui révèlent bien l'énergie de Céline.

S'il suffisait d'aimer

Cette chanson apporte une touche sobre et belle qui résume parfaitement Céline. La musique et la voix sont douces et apaisantes. "Quand Jean-Jacques a chanté devant nous 'S'il suffisait d'aimer', raconte Céline, René et moi, on a pleuré comme des bébés." "S'il y avait un titre à choisir sur cet album, révèle Céline, ce serait sans hésiter, 'S'il suffisait d'aimer'... parce que pour moi, c'est comme 'Quand on n'a que l'amour' de Brel, c'est fort." "Des fois, continue Céline, la technique est parfaite et l'émotion n'est pas là, donc ça, ce n'est pas bien, mais si on arrive à coordonner les deux en même temps, ce qui est pour moi en tous cas, rare, et je pense que j'y suis presque arrivée dans 'S'il suffisait d'aimer'."

On ne change pas

La voix est tendre, pleine d'indulgence avec un brin de nostalgie. "Moi, se confie Céline, je pense que les gens ne changent pas vraiment, et quand Jean-Jacques m'a présenté cette chanson-là, ça m'a fait beaucoup frissonner, parce qu'effectivement, chaque jour, quand je fais ces voyages, quand je me retrouve sur scène, quand je me maquille, quand je met les talons hauts, quand je me présente devant les caméras, c'est sûr qu'il y a toujours cette "petite fille maigre" qui vient de Charlemagne, qui est timide mais qui est emballée par ses grands rêves qu'elle a dans sa tête et dans son coeur, qui veut parcourir le monde mais qui est maigrichonne et même toute toute fragile... Elle est là tout le temps." "Notre enfance, c'est quelquechose plein d'émotions et des fois c'est difficile, mais de chanter ça, je trouve ça formidable!"

Medley acoustique

CE N'ETAIT QU'UN RÊVE (1:18) D'AMOUR OU D'AMITIE (2:01) MON AMI M'A QUITTEE (1:58) L'AMOUR EXISTE ENCORE (2:05) ZIGGY (3:21)

Pour que tu m'aimes encore

C'est la chanson préférée de Céline dans l'album D'Eux. Jean-Jacques Goldman lui compose fin 1994. "Pour que tu m'aimes encore, raconte Céline, la première chanson entendue, la première enregistrée, m'a tout de suite fait penser à L'hymne à l'amour que chantait Edith Piaf. Même thème, même structure, même femme dévorée d'amour. C'est un hymne à l'amour fou, possédé, possessif, définitif, comme le mien... Nous savions en l'enregistrant qu'elle ferait désormais partie de ma vie."

My Heart Will Go On

(Chanson-thème de "Titanic") "En avril (1997), se souvient Céline, le compositeur James Horner est venu à Las Vegas proposer à René un projet : 'J'écris la musique d'un film sur le Titanic'. Nous nous sommes retrouvés tous les trois dans une suite du Caesar's Palace. Horner s'est mis au piano pour nous jouer My Heart Will Go On. Je faisais dans son dos de grands signes à René, des moues, des gros yeux, pour qu'il comprenne que je ne voulais pas de cette chanson : je n'ai vraiment pas envie de la faire. Premièrement, je n'aime pas la chanson, il ne sait pas chanter, ce n'est pas super bien au piano en ce moment, j'ai quand même fait plusieurs chansons de films, encore une? On a envie de s'arrêter bientôt, encore un autre projet? D'autant plus que le réalisateur James Cameron ne voulait pas de chanson dans son film. Nous n'étions pas au milieu de la chanson que René faisait déjà semblant de ne pas me comprendre. Quand Horner s'est tourné vers nous, il lui a dit : 'Dans un mois, nous serons à New York, au Hit Factory, où Céline enregistre son prochain album Let's Talk About Love. Si tu nous donnes une piste d'orchestre, elle pourrait faire une maquette que tu ferais entendre à Cameron. Ca serait, je pense, la meilleure façon de le convaincre.' " "Un mois plus tard, James Horner était au Hit Factory de New York avec sa piste d'orchestre. Il m'a prise à part et m'a raconté avec beaucoup de détails l'histoire du film. Je commence à me mettre dans l'ambiance du film... On me dit qu'il y a une scène avec un couple de gens agés qui sont enlacés, qui voient l'eau rentrer sous la porte et qui décident de se mettre au lit, et qui vont mourir ensemble... Et il y a aussi une maman avec ses enfants qui leur chante des berceuses, elle sait qu'ils vont tous mourir... Et là je met des images. Et cette journée-là, je ne suis pas en pleine forme vocale et normalement je ne prend pas de caféine quand je chante, mais là c'est une maquette 'pas grave' alors je prends un café noir avec deux sucres... Alors je me met à chanter, il y avait là les grands patrons de Sony, Tommy Mottola, John Doelp, Vito Luprano... Tout le monde a su, dès la première prise, qu'on tenait un gros succès." "Mais la maquette, le café et les deux sucres ont fait que ça a été l'original, je n'ai jamais rechanté la chanson : la maquette, c'est le disque. Ils ont bâti l'orchestration autour de ma voix... Je n'ai jamais rechanté, que même le trémolo est plus rapide sur la chanson que sur scène, que normal, à cause de la caféine."

CelineDionWeb.com